Le chèque énergie est une aide gouvernementale pour soutenir les plus précaires. Il permet surtout de régler une partie de la facture d’énergie. Pour le percevoir, il faut répondre à quelques critères d’attribution. Cependant, cette année, des milliers de bénéficiaires vont perdre leur droit à cause d’une erreur administrative.

Chèque énergie : des millions de bénéficiaires pénalisées


Cette aide énergétique est attribuée sans démarches. Son versement est automatique. Pour définir l’éligibilité au chèque énergie, le fisc se base sur les données en leur possession. Par ailleurs, la fin de la taxe d’habitation a bouleversé la situation. Ainsi, ils manquent de nombreuses données dont l’administration fiscale en a besoin pour déterminer l’éligibilité à ce coup de pouce. Concrètement, ils n’ont plus accès aux données de 2022 déclarés en 2023.

Le fisc en a surtout besoin pour vérifier les plafonds des revenus des ménages qui sont l’un des critères d’admissibilité. Dans ce sens, cette erreur administrative coûte cher à des millions de foyers. De surcroît, les nouveaux attributaires sont les plus concernés.

Le versement du chèque énergie de cette année aura lieu le 1ᵉʳ avril. Donc, il est plus que temps d’utiliser les chèques versés en 2023. Pour mémoire, ils expirent le 31 mars. À noter que ce coup de pouce énergétique permet de régler une partie des factures d’énergie, de l’achat de combustible et de financer des travaux de rénovation énergétique. Pour cette année, le montant va de 149 à 277 euros en fonction des revenus des foyers.

Démarches à entreprendre en cas de non-réception de l’aide


Pour régler cette situation, le gouvernement a accepté de faire un compromis par rapport à l’attribution du chèque énergie. Désormais, à la suite de ce dysfonctionnement, il est possible de faire la demande. Ainsi, les concernés sont invités à se connecter à un guichet en ligne. Ils peuvent donc signaler la non-réception après la fin de la campagne de versement.

Parmi les conditions pour y avoir droit, une famille ne doit pas dépasser les 10 800 euros de RFR par unité de consommation. Pour être fixés, les potentiels bénéficiaires peuvent vérifier cette information sur les avis d’imposition N-1. Par ailleurs, s’ils ont connu une évolution de salaire de 2022 à 2023, le chèque énergie ne sera plus attribué. Avec l’erreur administrative, ils pourraient toujours y avoir droit. Par contre, le gouvernement a souligné qu’ils ne vont pas recevoir une demande de remboursement.